Les moments festifs

Apéro concert au Village de France

Repas des voisins

Chasse aux oeufs

Participation aux Journées du patrimoine

 

Samedi 20 Septembre 2014 : Balade Contée entre PRIEURÉ et JARDIN

 Balade sur les traces des Pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle, ponctuée de contes, d’anecdotes au cœur du quartier Compostelle jusqu’à l’ancien Prieuré de Bardanac.

 

La place de Notre Dame de Bardanac par rapport à St Martin de Pessac

1600 : le prieuré de Bardanac devient le centre administratif

de la paroisse de Pessac

 

 

Avant 1600 : il est dit dans les actes : » On veut bien, étant à Bordeaux, aller de Saint-Seurin à Sainte-Croix, mais il n’est pas question de faire …un détour par Saint-Martin de Pessac, alors petite chapelle au milieu des champs. Ainsi que le témoigne encore la carte de l’actuelle commune, cette paroisse a « un balcon » sur la route de Bayonne où passent les pèlerins .Initialement, il s’agissait de l’ancienne voie romaine qui fixe la limite Est de la commune. Elle y établit «un reposoir » qui ne tarde pas à devenir Notre-Dame de Bardanac (située face à l’entrée de l’actuel relais de Compostelle) ».

 

1600 :Dans l’enchevêtrement administratif clérical de l’époque, Bardanac est sur la paroisse de Pessac MAIS sa chapelle Saint Marie est concurrente de St Martin,- privé de terres par l’archevêché-, St Seurin et Ste Eulalie… Progressivement les puissants jésuites, instruits de toute chose en ce monde, habiles à se préparer des héritages et à faire des acquisitions réfléchies, s’étaient rendus maîtres des vignes autour de l’église, des terres entre le bourg et Noès, des terres aux Arrestieux (après Gazinet), d’un vaste territoire entre l’église et la route de Bayonne et qui débordait sur Talence.

 

Terres en propre et droits féodaux les rendaient maîtres des Pessac.

 

La puissance étant de leur côté, l’église Saint Martin était obligée de donner 500 livres dont 100 de casuel aux Jésuites de Bx comme prieurs de Bardanac !

 

Chaque année, les rivalités s’avivaient à l’occasion des fêtes de la St Marc du fait que Bardanac est à la limite des 3 paroisses : Talence, Pessac et Gradignan. En ce grand jour, les fidèles des dites paroisses, groupés derrière leurs curés respectifs, se rendaient, croix en avant et bannières au vent à Bardanac. En général la procession débutait par une dispute conduisant parfois à des gestes brutaux, le protocole étant toujours remis en cause : quel curé devait marcher le premier ? S’ils se mettaient tous trois de front, ceux des ailes n’étaient ils pas défavorisés ? Le curé de Pessac se rangeait avec les Jésuites…….

 

Le bruit de ces querelles de clochers monta jusqu’à l’archevêque qui dut s’en mêler et établit un tour d’ordre.

 

La vie paroissiale n’était pas mieux réglée. Les partisans des Jésuites ou ceux qui vivaient sur leurs terres devaient fréquenter Notre Dame de Bardanac. Notre Dame de Bardanac et St Martin rivalisaient plus ou moins loyalement. Justes revendications ou exigences des 2 parties les conduisirent en 1660 à entamer une procédure qui fut sans issue                                                                                                                                                                                                                                  Pouvait-il en être autrement : le droit et la puissance ne sont-ils pas des ennemis jurés ?